Ajuster sa conduite

Écrit par le Dr John Trent

J’ai appris combien il est facile de dériver vers de sérieux problèmes en roulant sur l’autoroute du Nouveau-Mexique. C’était presque l’aube et j’avais conduit toute la nuit, de Dallas à Phoenix. Pendant 12 heures, je nous avais gardés en sécurité, ma voiture et moi, en faisant de nombreux petits ajustements au volant. Mais la situation a changé lorsque je me suis assoupi. Pour autant que je me souvienne, je me trouvais sur la voie de droite quand mes yeux se sont fermés, mais à mon réveil, je me suis rendu compte que j’avais dérivé à travers toutes les voies.

Je sais d’expérience que le fait de dériver ne réveille personne. En fait, je dormais bien confortablement quand j’ai traversé voie après voie. Ce n’est qu’au moment où mes pneus ont touché à toute allure le gravier de l’accotement, que je me suis réveillé en sursaut. Ma tête s’est écriée : « Gros problème ! », et mon instinct a répondu « Grande solution ! » J’ai alors tourné le volant brusquement de 180 degrés pour tenter de revenir sur la route. Ma voiture a effectué trois tonneaux avant de s’immobiliser sur le toit. Heureusement, je me suis extirpé de l’épave avec seulement quelques égratignures et des contusions physiques (et émotionnelles) légères.

La dérive

Métaphoriquement, je vois ce genre de dérive dans certains mariages. En tant que conseiller, je rencontre des jeunes couples pleins de foi qui ont commencé sur une bonne voie, convaincus que leur mariage sera meilleur que la moyenne. Mais le temps passe, et ils deviennent occupés, distraits, complaisants ou préoccupés avec les enfants ou le travail (ou même un ministère), et s’écartent de leur voie pour aller tout droit dans la voie opposée.

Lorsqu’un couple cesse de faire les ajustements légers nécessaires pour rester en toute sécurité entre les lignes, la vitesse incroyable avec laquelle se déroule la vie de nos jours peut les propulser rapidement dans une situation difficile. Quand ce couple se réveille en pleine crise, ils pensent tout naturellement, comme je l’ai fait : « Gros problème ! Grosse solution ! » Ils s’empressent alors de trouver un conseiller matrimonial ou de s’inscrire à une croisière chrétienne en pensant qu’avec une séance, un séminaire, une expérience radicale, un geste brusque du volant de 180 degrés, tout ira mieux.

En gardant cette illustration en tête, voici quelque chose de crucial que les couples occupés doivent saisir : lorsque vous cessez de faire des petits ajustements de 2 degrés dans votre relation, vous vous dirigez à une vitesse croissante vers de sérieux ennuis. Mais la bonne nouvelle est que l’opposé est aussi vrai : des petits ajustements de 2 degrés peuvent s’avérer des outils puissants pour ramener un couple vers la bienveillance, l’intimité et la guérison.

Le secret

Je ne suis pas le premier à remarquer l’effet cumulatif que peuvent avoir les petits ajustements sur nos attitudes, notre conduite et les conséquences qui en résultent. Le célèbre théologien C.S. Lewis parlait dans ses écrits d’un « grand secret » qu’il était parvenu à comprendre. Avant de suivre Jésus, Lewis choisissait d’aimer seulement les gens qui étaient faciles à aimer. Mais dès qu’il est devenu chrétien, il a commencé à essayer d’aimer tout le monde.

« Dès que nous faisons cela », a-t-il écrit, « nous découvrons l’un des grands secrets. Quand vous agissez comme si vous aimiez quelqu’un, vous allez vraiment commencer à l’aimer… Si vous lui faites du bien, vous allez vous rendre compte que vous le détestez moins. » Et pour Lewis, le grand secret était ceci : « Le bien et le mal augmentent tous deux selon le principe des intérêts composés. C’est pourquoi les petites décisions quotidiennes que nous prenons, vous et moi, sont d’une importance infinie. »

” Les petites décisions quotidiennes que nous prenons, vous et moi, sont d’une importance infinie. ”
– C.S. Lewis

Appliquez maintenant ce principe aux relations. La plupart des couples viennent me voir dans un état de faillite émotionnelle. Ils font face à un gros problème et désirent une grosse solution. Mais je les renvoie avec le grand secret de Lewis en tête. C’est-à-dire qu’il est d’une « importance infinie » de réaliser que de petits gestes positifs envers quelqu’un peuvent accroître selon le principe des intérêts composés. Le principe des intérêts composés consiste à accroître un capital financier en incorporant régulièrement les intérêts au capital pour l’augmenter progressivement. Il s’avère que ce principe financier peut aussi enrichir une relation. Faire des petites choses fidèlement rapporte gros — que ce soit dans notre relation avec Jésus ou dans notre mariage.

Les ajustements de 2 degrés dans la vraie vie

Pour comprendre le pouvoir des ajustements de 2 degrés, imaginez ce jeune marié qui ramenait souvent sa colère du travail à la maison. Au lieu d’offrir des retrouvailles empreintes d’amour et d’affirmation à sa femme et à ses deux fils, il leur offrait plutôt son irritabilité ou, au mieux, son silence.

Quelle a été ma prescription de 2 degrés dans son cas, selon vous ? Je lui ai demandé de se rendre chaque jour dans un parking vide, sur le chemin de retour vers la maison. Se retrouvant seul, il devait arrêter le moteur, fermer les yeux et poser ses mains sur ses cuisses, les paumes vers le bas. Ensuite, il devait prier, en se vidant de toutes les émotions qu’il ressentait encore d’une réunion difficile avec un client ou de la frustration qui bouillonnait encore en lui parce qu’il n’avait pas obtenu le changement d’horaire demandé.

Après avoir donné son fardeau au Seigneur, il devait retourner ses paumes vers le haut et demander au Seigneur de remplir son cœur d’amour, de paix, de patience et de gentillesse avant de franchir la porte d’entrée. Ce n’était qu’un petit ajustement pour rester sur la bonne voie, mais cela a fait une grande différence dans la vie de sa femme et de ses fils à la maison.

Ou prenez par exemple cette femme, dont le mariage se désintégrait à cause de sa réaction à chaque question que son mari lui posait. Ayant grandi dans une famille extrêmement critique, cette femme se sentait sans cesse accusée d’avoir fait quelque chose de mal ou de ne pas en avoir fait assez. Ni l’une ni l’autre de ces suppositions n’était vraie. Dieu lui avait donné un mari qui l’aimait énormément.

Quel a été l’ajustement de 2 degrés pour dans son cas ? Je lui ai demandé de respirer profondément chaque fois que son mari lui posait une question et de se dire « Seigneur, je te remercie de m’avoir donné un mari qui se soucie suffisamment de moi pour me poser des questions. Merci aussi pour le fait qu’il est à la recherche d’information. Il n’essaie pas de me mettre mal à l’aise. » Cette courte pause a commencé à modifier ses réactions envers les questions de son mari et à améliorer leur relation.

Ou songez à ce couple qui essayait (sans succès) de mettre une heure de côté, chaque semaine, pour prier ensemble. Leur solution de 2 degrés ? Qu’ils se mettent à prier quelques minutes chaque soir en allant au lit au lieu d’essayer en vain de trouver une heure sans interruption.

De petits ajustements comme ceux-là peuvent faire toute la différence. Ce qui m’amène à votre relation. Voulez-vous rester sur la bonne voie en tant que couple ? Ou peut-être avez-vous déjà dérivé et ressentez-vous le besoin de retourner sur la bonne voie ? Oubliez les changements de 180 degrés, pensez plutôt aux 2 degrés. Concentrez-vous sur les petits ajustements et regardez combien Dieu peut faire grandir votre mariage.

Cet article a été publié dans le numéro de novembre-décembre 2009 du magazine Thriving Family sous le titre Course correction. Tous droits réservés © 2009 par Dr John Trent. Utilisation autorisée.